Le sentier d’un peu moins d’un kilomètre qui relie la commune de Riomaggiore à la fraction de Manarola, le long d’un promontoire rocheux, est fermé depuis bientôt 8 ans.

Le parc affronte chaque année l’arrivée de 3 millions de touristes, la plupart d’entre eux a entendu parler de la via dell’Amore. Ils s’attendent donc tout naturellement à pouvoir parcourir le tout premier tronçon du sentier numéro 2 qui traverse les Cinq Terres lorsqu’ils font étape à Manarola ou Riomaggiore.

Pourtant ce n’est pas une évidence.

Les grilles qui en clôturent l’accès sont fermées de part et d’autre de la célèbre promenade. Et rien n’est annoncé au préalable. On s’en rend compte une fois que l’on arrive devant les barreaux…

Sur les forums de discussions en ligne concernant les voyages aux Cinque Terre, les touristes se plaignent de ce laxisme. Très peu d’informations circulent sur la fermeture du sentier. Pour ne pas parler de sa réouverture…

Beaucoup parlent d’arnaque, de l’inutilité de visiter ce petit coin d’Italie, qu’ils qualifient de superficiel, cher et surpeuplé.

Les associations de catégorie comme guides et hôteliers ne sont pas en reste et ne manquent pas une occasion de dire leur déception face à la situation qui dure depuis 2012.

Pourtant, cette année encore, les touristes arriveront par milliers pour pratiquer la randonnée sur les sentiers à pic sur la mer : les arrivées de croisiéristes dans le port de La Spezia devraient augmenter et avec elles, les arrivées journalières au parc des Cinq Terres.

Cinq Terres : un parc dans la tourmente

En septembre 2010, le parc fait face à un scandale qui va laisser des traces. Le directeur, en place depuis 11 ans – c’est-à-dire l’ouverture du parc en 1999 – ainsi que l’ancien maire de Riomaggiore se retrouvent en prison accusés de détournement de fonds publics.

Ce vacarme judiciaire et financier coûte cher au parc.

Pour ne rien gâcher, l’année suivante, le parc doit faire face à une véritable catastrophe naturelle.

25 octobre 2011. Une inondation sans précédent frappe les Cinq Terres et l’arrière-pays de la province de La Spezia.

Le centre-ville de Vernazza est méconnaissable : son port est recouvert de boue et détritus. Monterosso aussi paye un lourd tribut.

De nombreux sentiers disparaissent sous les effondrements de parois : c’est le cas de la Via dell’Amore.

Les Cinq Terres trouvent la force de se relever et mettent tout en œuvre pour accueillir à nouveau les touristes lors de la saison estivale 2012. Ne pas les accueillir serait tragique pour l’économie de la région.

Après une brève réouverture du sentier en 2012, la via dell’Amore est fermée car trop dangereuse pour permettre aux touristes de s’y aventurer.

Cinq Terres : un parc à sauvegarder

Cependant, il semblerait qu’il y ait du nouveau concernant le sentier le plus couru des Cinq Terres.

Fabrizia Pecunia, maire de Riomaggiore, annonce que 12 millions d’euros de fonds ont été débloqués : 7 millions venant du ministère de la Culture , 3 millions du ministère de l’Environnement et 2 millions de la Région Liguria.

« Les fonds publics sont arrivés […]. Nous calculons qu’il faudra du temps pour les appels d’offres, on parle de 2019. Puis en 2020, on espère que les travaux vont commencer et que tout sera prêt en 2021 ».

Fabrizia Pecunia, maire de Riomaggiore

Les premières inspections des experts ont été effectuées il y a un mois environ.

Le sentier, creusé dans la roche à quelques mètres de la mer entre 1926 et 1928, pourrait donc rouvrir d’ici un à deux ans.

Si tout va bien…

La réouverture du sentier s’inscrit dans un vaste débat : celui de savoir comment instaurer – ou pas – un numerus clausus pour limiter ou réguler le nombre d’arrivée dans les cinq villages. L’attente sur les quais des gares est devenue cauchemardesque, avec des files semblables au métro londonien.

L’instauration d’un nombre limité d’entrée pourrait certainement signifier une perte de chiffre d’affaires pour les différents vecteurs. Cependant, si on ne fait pas tout pour protéger le parc et le rendre agréable aux visiteurs, les touristes eux-mêmes pourraient bien décider de déserter les lieux à force d’entendre parler en mal du territoire.

Cette situation qui a vu le jour depuis quelques années au sein du parc des Cinq Terres n’est pas sans rappeler celle de Venise.


Coût pour l’accès au sentier « Via dell’Amore » : 5 euros

One thought on “Cinq Terres : vers une réouverture de la Via dell’Amore ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *