La Meglio Gioventù : un voyage à travers (presque) 40 ans d’histoire italienne

Voyage en Italie avec La Meglio Gioventù, un de mes films italiens préférés

« Je suis là en train de regarder le soleil de minuit qui descend jusqu’à l’horizon mais qui d’un coup s’arrête et n’entre pas dans la mer.
Je pense à mon père, je pense à Maman et je pense à toi qui m’a toujours dit que tout est beau.
Je crois que tu avais raison.
Tout est vraiment beau. »
Andrea – La Meglio Gioventù

Le 07 décembre 2003 RAI 1 diffuse le premier épisode de La Meglio Gioventù, qui est sorti en salles en juin.
Dès les premières notes du générique, je sens que je vais adorer ce film.
Et, en effet, je me prends tout de suite d’affection pour la famille Carati.
Au point, que quand le DVD sort en France, je cours l’acheter.
Pour le plaisir de revoir un film qui est devenu l’un de mes préférés.

La Meglio Gioventù : une saga familiale

La Meglio Gioventù c’est l’histoire d’une famille romaine bourgeoise, les Carati, formée par les parents Adriana et Angelo et leur quatre enfants Giovanna, Matteo, Nicola et Francesca.
Une longue saga familiale qui commence en 1966 et se termine en 2003.
Mais La Meglio Gioventù c’est, avant tout, l’histoire de Nicola et Matteo.
Et leur rencontre avec une adolescente de 16 ans, Giorgia, qui souffre de troubles psychiques, changera leur destin à tous les deux.

Sans être une grande fresque historique (l’histoire italienne est suggérée par des extraits radio ou par la télévision), le film suit les destins de ces deux frères que tout oppose mais qui sont extrêmement liés l’un à l’autre, s’élargissant de temps en temps à leurs proches.
C’est le personnage de Nicola qui servira de fil conducteur à tout le film.

L’enchaînement de leurs vies et de leurs destins suivra des grands moments qui ont marqué l’Italie de ces années-là : l’inondation de Florence en 1966, les années de plomb, Tangentopoli et les maxi-procès contre la Mafia.

Tandis que la bande originale de La Meglio Gioventù, extrêmement enveloppante, accentue la dimension dramatique de certaines scènes.

Le film est divisé en deux actes et 11 époques temporelles.

N.B. : Il est dur de donner envie de voir un film sans en dire trop.
Du moins, je ne suis pas trop entrée dans le détail, laissant des pans entiers de l’histoire dans l’ombre, pour ne pas gâcher le plaisir à ceux qui n’auraient encore jamais vu La Meglio Gioventù.

Se procurer le DVD en version française ou regarder en streaming

Se procurer le DVD en version italienne (V.O.)

L’acte I s’ouvre sur les notes de « The House of the Rising Sun » de The Animals.

Été – Automne 1966 « Se ne vada dall’Italia »

Rome

Nous sommes à un moment charnière dans l’Histoire de la péninsule : l’Italie vit les dernières heures du boom économique.
Nicola et Matteo s’apprêtent à passer leurs examens et à partir pour un voyage qui durera tout l’été en Norvège avec leurs amis Carlo et Berto.
Mais la rencontre de Matteo avec Giorgia va tout changer.

Tous les extraits sont en version originale

Florence

Novembre 1966

Nicola est en Norvège quand il voit aux informations que l’Arno a inondé la ville de Florence.
Il part aussitôt pour l’Italie et rejoint Florence où il devient un « Angelo del Fango » avec ses deux amis Berto et Carlo.

Il y retrouve aussi son frère, Matteo, qui s’est engagé dans l’Armée.

C’est au cours d’une pause dans une cour qu’il rencontre Giulia.
Son attention est attirée alors qu’elle joue au piano la Sonate K310 de Mozart.
Entre les deux, le charme opère en quelques instants. C’est l’une des plus belles scènes du film.

La Meglio Gioventù : Février 1968 « Io voglio il diritto di andarci a scuola »

Turin

L’Italie est en plein automne chaud.
Les étudiants occupent les universités pour protester contre la réforme qui se met en place.

On y retrouve Nicola, qui étudie Médecine à Turin et vit avec Vitale et Carlo. Avec Giulia, ils filent le parfait amour.

Printemps 1974 « E quale sarebbe la parte giusta ? Quella dei poveri ? »

Turin

On retrouve les frères Carati, qui ne se sont pas vu depuis plusieurs années, au cœur des années de plomb qui opposent très durement les factions.
L’occupation des universités a fait place à des cortèges qui finissent souvent par opposer manifestants et CRS.

Nicola et Giulia participent à des manifestations tandis que Matteo dans les forces de l’ordre est chargée de les réprimer.
Et chacun a la conviction d’être du bon côté dans cette bataille.

Été 1977 « Devi trovare l’anima »

Palerme

Matteo a rejoint la Sicile où il photographie les scènes de crime et mène une vie très solitaire.
Un jour à la terrasse d’un café il rencontre Mirella, qui vit à Stromboli. Il l’aborde alors qu’elle prend des photos et lui dit qu’elle doit chercher l’âme de son sujet.
Elle lui dit qu’elle souhaite quitter l’île et passer un concours pour devenir bibliothécaire.
Matteo lui conseille alors d’aller travailler à la bibliothèque Villa Celimontana de Rome.

Nicola, quant à lui, retrouve Giorgia dans un asile et dans des conditions désastreuses.

Fin du premier acte

La Meglio Gioventù : Printemps 1980 « Gli operai non potevano vincere »

Rome

L’acte 2 s’ouvre sur le mariage civil de Carlo et Francesca.

Pendant la réception, Vitale annonce à ses amis Nicola et Carlo qu’il a été licencié par la FIAT.
Carlo qui est économiste explique que la société est pleine de dettes et qu’elle n’a pas d’autres choix tandis que Nicola est scandalisé que son ami puisse perdre son travail de la sorte comme au Moyen-Âge.

Ce sont des années noires pour l’Italie qui doit gérer les attentats d’extrême-droite et la crise économique.

En opposition à ce qui se passe autour d’eux, ce mariage est un des rares moments de joie de la famille Carati, où sont réunis tous les personnages.

Été 1982 « Questo è per la Mamma »

Turin

L’Italie est sur le point de gagner la troisième coupe du Monde de son histoire mais pendant ce temps-là Nicola doit affronter les questions de Sara à propos de sa mère.

Giulia a rejoint les Brigades rouges et vit de manière clandestine.
Elle profite de la finale de la coupe du Monde pour organiser une rencontre fortuite avec Nicola afin de voir Sara quelques minutes.

Automne 1983 « Ma che t’abbiamo fatto noi che devi farcela pagare così? »

Rome

On est au début de l’ère Craxi.
Et l’Italie en a presque fini avec les Brigades rouges.
Et pour le première fois depuis la fin de la seconde guerre mondiale, l’Italie n’est plus gouvernée par la Democrazia cristiana.

Matteo vit de nouveau à Rome et rencontre par hasard Mirella qui travaille désormais à la bibliothèque de Villa Celimontana, comme celui-ci le lui avait conseillé.
Ils se reverront quelques jours plus tard, lorsque Matteo ramène le livre qu’il a emprunté. Ils se promènent dans Rome et finissent par faire l’amour dans la voiture.

Mais Matteo cache à Mirella qui il est vraiment.

Décembre 1983 – Janvier 1984 « Era la mia idea di libertà »

Rome

Le soir du 31 décembre toute la famille Carati s’apprête à fêter le nouvel an. Mais Matteo manque à l’appel. Il passera furtivement avant de regagner son appartement.

Alors que les feux d’artifices illuminent le ciel de Rome et que Gianni Morandi est en direct à la télévision, Matteo décide d’en finir.

Dans les jours qui suivent la famille Carati est déchirée par la tragédie qu’elle est en train de vivre.

Nicola est rongé par le fait qu’il aurait pu sauver son frère. Il décide alors avec l’aide de sa sœur Giovanna de livrer Giulia à la police afin de la sauver, elle, d’une mort certaine.

Printemps 1992-1995 « Questa è l’Italia che hanno fatto i nostri padri »

Turin

Sara qui a maintenant 18 ans décide de quitter Turin et de partir pour Rome chez sa tante Francesca.

Son père, Nicola, est chargé de rendre visite à un entrepreneur qui a tenté de se suicider. Il doit rendre une expertise psychiatrique.

C’est l’époque de Tangentopoli.
Alors que le gouvernement italien doit faire face à de nombreuses questions économiques mais aussi sociales, éclate un des plus gros scandales de son histoire.
Le système de financement des partis politiques est découvert.

Le discours de l’entrepreneur accusé de corruption est que tout le monde le fait mais seuls les petits joueurs se font prendre.
Nicola n’est pas d’accord avec cette vision des choses.

À la sortie de la maison d’arrêt, Nicola voit une l’affiche d’une exposition de 5 photographes sur laquelle il reconnaît les yeux de Matteo.
Avec l’aide de Giorgia, il fera en sorte de remonter jusqu’à son auteur.

Palerme

27 mai 1992

Nicola est à Palerme où ont lieu les obsèques de Giovanni Falcone, sa femme, Francesca Morvillo, et son escorte.

C’est là qu’il rencontre Mirella et découvre le rapport qu’elle a eu avec son frère.
Et le fruit de ce rapport.

Nicola en parle à sa mère.
Adriana décide alors de leur rendre visite.

Printemps 2000 « E’ venuto il momento di essere generosi »

Val d’Orcia | Toscane

Sara a reçu de la part de sa mère une lettre quelques jours plus tôt.
Giulia depuis sa sortie de prison travaille comme archiviste à la bibliothèque nationale de Florence, la même qui fut inondée en 1966.
Elle y a d’ailleurs retrouvé une photo d’elle et Nicola à l’époque.
C’est l’occasion pour elle de commencer à demander pardon à Sara et lui dire qu’elle est née de l’amour entre deux personnes.
Qu’elle n’a rien à voir avec ce qui s’est passé par la suite.

Épilogue – Printemps 2003 « Tutto è veramente bello ! »

Norvège

Avec un effet-miroir, le film se termine avec le fils de Matteo, Andrea, qui visite la Norvège en compagnie d’Hermione, sa petite-amie.
En particulier le Cap-Nord, l’endroit où son père et Nicola étaient censés aller ensemble au cours de l’été 1966.
Voyage qu’ils ne feront jamais ensemble.

La scène finale est une lettre qu’Andrea envoie à son oncle, Nicola, une sorte de message d’espérance pour la nouvelle génération.

La Meglio Gioventù est toujours aussi beau, aujourd’hui, à presque 20 ans de sa sortie au cinéma.
Je ne l’ai jamais vu comme une analyse de l’Italie de ces années-là, plutôt comme une photographie des évènements vécus par une génération.
La génération qui voulait changer le monde…

Je vous laisse avec la bande-annonce italienne, sous-titrée en français.

Bande-annonce de “La Meglio Gioventù” | Marco Tullio Giordana

Je me suis souvent demandé comment serait la suite de ce film-fleuve que j’ai tant aimé.
Eh bien, le magazine en ligne, Slate, sous la plume de Margherita Nasi, a imaginé comment auraient pu évoluer les personnages pendant la décennie 2003-2013 !
Si j’ai une chose à dire : j’adooorerais voir cette hypothétique suite!

Et si “Nos meilleures années” avaient une suite…

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager! Vous avez peut-être des ami.e.s intéressé.e.s par le sujet?!

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation, vous acceptez que vos données soient collectées et analysées afin de réaliser des statistiques anonymes de visites dans le but d'améliorer l'expérience utilisateur. Informations sur les cookies

error: Ce contenu est protégé!